Desserprit, Roger

FR, 1923 - 1985

Roger DESERPRIT, (1923- 1985).

Roger Desserprit est né le 9 mars 1923 à Buxy, Saône et Loire.
Dès son plus jeune âge il présente un vif intérêt pour la peinture et le dessin.
Il commence des études de peinture dès 1938 et intègre l’Ecole des Beaux Arts de Paris en 1941, tout juste âgéde 18 ans.
Mais l’enseignement classique à l’extrême de l’Institution ne lui convient pas.
Lorsqu’il nous fait part de ses années d’apprentissage, il évoque des pans de peintures de Michel Angelo représentant la modernité de l’époque, tandis que la majorité des tâches à exécuter étaient l’étude d’antiques.
Il semble que l'ouverture aux mouvements artistiques de la fin du XIXe siècle et des premières décennies du XXe se soit faite pour Desserprit de façon livresque d'une part (Van Gogh, Gauguin) et d'autre part à travers la fréquentation des galeries du
quartier latin où les œuvres de Derain, Vlaminck, et bien d’autres, étaient montrées.
A partir de 1943, il se doit de rester en sanatorium où il peint ses mains d’une manière assez proche de celle du cubisme. Trois ans de maladie le forcent éventuellement à considérer la rencontre avec d’autres artistes afin de trouver “l’authenticité à un âge où les confrontations et critiques sont obligatoires et nécessaires”.

LE GROUPE MADI
Par l’intermédiaire de André Frénaud, Roger Desserprit fait la connaissance de Bazaine, Ubac et Vieira da Silva dont il
Fréquentera régulièrement les ateliers.
Chez Vieira da Silva il rencontre notamment l’Uruguayen Carmelo ArdenQuin, initiateur de Groupe MADI fondé en 1946 au Brésil. Roger Desserprit travaillera par la suite avec Juan Mêle, Gregorio Vardanega et José Bresciani, et fait de multiples rencontres : Michel Seuphor, Marcelle Cahn, Herbin, Arp, Del Marle.
En 1949, il participe au tout jeune Salon des Réalités Nouvelles (fondé en 1946).
Une exposition MADI est organisée en avril 1950 à la Galerie Colette Allendy, regroupant des œuvres de Arden Quin, Bresciani, Desserprit, Eielson, Vardanega. L’ensemble est d’ailleurs transféré au Salon des Réalités Nouvelles de cette même année.Les théories MADI relèvent d'une esthétique abstraite de type géométrique issue du néoplasticisme de Mondrian, des réflexions sur l'art concret de Van Doesburg.
Roger Desserprit fait définitivement partie de l’avant-garde de son temps.

LE GROUPE ESPACE ET L’EXPOSITION CHEZ COLETTE ALLENDY
Avec la parution en 1951 d’un manifeste, non daté, et l’appui de la revue Art d’Aujourd’hui fondée en 1949 par l’un des membres du groupe, André Bloc, les 23 signataires plasticiens dont Del Marle, le président, Béothy, Desserprit, Gorin,
Jacobsen, Lardera, Schoffer, Vasarely...ainsi que des architectes revendiquent l’intégration ou la “synthèse des arts”.
Avec des techniques contemporaines, dans une expression non figurative qui intervient directement sur la communauté, la création plastique doit être fonctionnelle, s'inscrire dans un « Espace réel ».
« Un Art devenu spatial par la pénétration sensible et modulée de la Lumière dans l'œuvre, un Art dont la conception et l'exécution s'appuient sur la simultanéité des aspects dans les trois dimensions non suggérées, mais tangibles ».
Il convient d’évoquer l’exposition personnelle de Roger Desserprit en 1951 chez Colette Allendy intitulée « Structures et Reliefs Lumineux ». Michel Seuphor commente favorablement l’exposition dans Art d’Aujourd’hui (série 2, n°7, juillet 1951) de même que Georges Boudaille dans les colonnes de l’hebdomadaire Art du 18 mai 1951.

LE SALON DES REALITES NOUVELLES
Depuis 1949, RogerDesserprit expose au Salon des Réalités Nouvelles, manifestation qui se déroule au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris et se place résolument dans la voie d’un art “abstrait/concret/constructiviste/non figuratif” comme le précise le catalogue.
Les tenants d’un art géométrique sont majoritaires. Le Comité du Salon rassemble, outre le président fondateur, Fredo Sidès, les artistes membres: Arp, Besançon, Sonia Delaunay, Dewasne, Gleizes, Gorin, Pevsner. Le sociétaire Roger Desserprit, trésorier du Salon, obtient pour son art le soutien de Fernand Léger, Pevsner, Closon, Herbin, Sonia Delaunay et Kupka.
Des œuvres de Roger Desserprit se trouvent dans différentes collections privées, notamment en France et en Italie, au Musée de Grenoble, au Musée d’ArtModerne de la Ville de Paris, au Musée des Ursulines de Mâcon. Une sculpture appartient à la ville de Mâcon. Roger Desserprit a réalisé une œuvre pour la Crypte des Déportés sur l’Ile Saint-Louis à Paris.

LES ŒUVRES DES ANNEES 1970
A ce moment peut-être se situe le centre vital pour la compréhension de l'œuvre de Desserprit.
Les lignes deviennent plus souples, comme libérées du formalisme antérieur, et la lumière fait son travail de mise en rapport avec l'espace, abolissant les notions de mesure et de technicité.
L'appartenance de Roger Desserprit à des groupes et des mouvements artistiques lui apparaît aujourd'hui comme une étape nécessaire mais non déterminante.
Les notions de synthèse, de complémentarité et d'harmonie sont évidentes.
Roger Desserprit donne aux interrogations métaphysiques qui l'angoissent la réponse symbolique de l'artiste, affirmant sa vocation d'être résolument peintre.

Expositions personnelles
1950: GalerieColette Allendy, exposition MADI
1951: Galerie Colette Allendy,«Structures et reliefs lumineux»
1957: Galerie Pagani, Milan (Italie)
1978: Château des Fontaine, Université de Picardie
1989: Galerie Franka Berndt, Paris
1998: Galerie Park Palace, Monaco

1957: Décoration sculptée dans l’Eglise Saint-Jacques d’Amiens

Salons / Biennales / Prix
1949-1961 : Salon des Réalités Nouvelles
1957 :1er prix de la Biennale de Bordeaux
1958: Prix d’honneur à la Triennale de Milan (Italie)
1961 -1963: Salon de la jeune sculpture

Musées
Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Musée des Ursulines, Mâcon
Musée de Grenoble

Desserprit, Roger
Cavalier spatial, 1960
Béton patiné
97 x 0 cm
back
loading...
loading...