Thépot, Roger-Fraçois

FR, 1925 - 2003

Roger-François Thépot, dit François Thépot, est né à Landeleau (Finistère, France) en 1925. Il commence à peindre en autodidacte en 1941, avec un intérêt particulier pour le paysage et les natures mortes ; ses premières toiles sont sombres, avec une prédominance de noirs, verts foncés, violets et bleus sourds. Le jeune artiste s’installe à Paris en 1947 et, se consacrant à la céramique pendant quelques années, cesse de peindre pour un temps.
Thépot reprend la peinture en 1950, évoluant peu à peu vers l’abstraction. Sa première toile abstraite est datée 1951, année où l’artiste abandonne définitivement la figuration. Il rencontre Jean Deyrolle qui le conseille et l’encourage (1952), puis Michel Seuphor (1954), dont la longue amitié sera déterminante. Thépot est alors décorateur et régisseur au Théâtre de Poche (Paris, 1953). En 1955, la visite des expositions « Glarner » (Galerie Carré, Paris) et « Kandinsky » (aquarelles, Galerie Maeght) l’impressionne au point de lui faire réaliser ses premières compositions polygonales grises ; la période qui va suivre le verra poursuivre et développer ce style sans interruption pendant plusieurs années. Roger-François Thépot rencontre Jean Arp (1955) et de nombreux artistes importants de son temps.
Outre ses expositions personnelles (Paris, Bruges, Bruxelles, puis Toronto, etc), l’artiste va participer régulièrement à des salons et expositions collectives à partir de 1954 : Salons Comparaisons et Réalités Nouvelles, Ecole de Paris (1958), Salon de l’Art Sacré, Salon de Mai, « Construction and Geometry in Painting » (New York, 1960-61), Exposition Internationale du Constructivisme, Musée de Céret, etc.. Il sera membre-fondateur du groupe « Mesure » à Paris en 1961.
En 1964, il obtient une bourse du Conseil des Arts du Canada et part vivre à Toronto ; il enseignera plusieurs années à l’Ontario College of Art de cette ville, venant passer ses étés en France.
L’abstraction vers laquelle Thépot s’orienta en 1951, s’apparente à la tendance de l’abstraction géométrique. Son art, de sobriété, d’équilibre et de mesure, se caractérise, dans des structures généralement strictement orthogonales, par la richesse et la solennité des accords de gris et de noirs profonds. En 1990, la Galerie Lahumière (Paris) organisera une belle exposition de son œuvre. « Il peint le monde comme il le conçoit depuis son île, et l’éloignement fait que tout se transforme en beauté pure, que tout se nimbe d’un sourire très fin, » écrivit Michel Seuphor au sujet du peintre.
Homme délicat, fragile et fort à la fois, d’une très grande discrétion, Roger-François Thépot est mort en 2003.

loading...
loading...